iPhone

iPhone dans Non classé 98992.jpg.res_270-293

00FA000000436574 dans Non classé

00FA000000436573

00FA000000436575

00FA000000436584

 

00FA000000436577

00FA000000436591

00FA000000436593

iPhone: La révolution des smartphones

par Apple:

 

 

Trêve de rumeurs, place aux annonces ! « J’attends ce jour depuis deux ans et demi », embraye Steve Jobs, qui commence par évoquer un éventuel iPod à écran tactile, un possible téléphone mobile ou un éventuel PDA communicant connecté à Internet. Avant d’asséner l’annonce que tout le monde attend depuis des semaines : ces trois appareils seront réunis en un seul, un « iPhone » à écran tactile. Aucun appareil actuel ne convient à tout le monde, explique-t-il. Certains manquent de boutons, d’autres voient trop de touches. Le stylet résout certains problèmes, mais qui veut s’embarrasser d’un stylet ?
Apple tente donc le pari d’un smartphone sans clavier, muni d’un grand écran tactile de 3,5 pouces de 160 dpi pour une résolution de 320 x 480 pixels, à contrôler à l’aide de ses doigts. Avec des dimensions de 115 x 61 x 11.6mm, il affiche un poids de 135 grammes.

 

Fonctionnant sous Mac OS X et parfaitement multitâche selon Apple, il affiche 11,6 millimètres d’épaisseur, 8 Go de stockage en mémoire flash (une version 4 Go est également lancée), un APN de 2 mégapixels, un connecteur iPod, un micro, un haut parleur et une prise jack. Comme l’Apple TV, il se synchronise à la façon d’un iPod pour échanger musique, contacts, agenda, etc. Un capteur de proximité permet de désactiver la luminosité et le caractère tactile de l’écran lorsqu’il est approché de l’oreille. Un autre capteur permet d’adapter la luminosité de l’écran à la lumière ambiante, tandis qu’un troisième adapte automatiquement l’orientation de l’affichage en fonction de la position de l’appareil (portrait ou paysage).

 

La navigation, entièrement tactile, s’effectue à l’aide de grosses icones. La démonstration de l’iPhone sert de prétexte à une petite pique de la part de Steve Jobs, qui lance un morceau des Beatles. L’appareil est également capable de lire des vidéos. Un module de « voicemail », pilotable depuis l’écran, permet d’écouter ses messages écrits. Quadribande GSM, Edge, et muni d’une double connectique WiFi et Bluetooth 2.0, l’iPhone peut donc être utilisé – et commercialisé – dans le monde entier. En revanche, la 3G n’est pas au programme. Il est bien évidemment équipé d’un carnet d’adresses (photo ci-dessous), dans laquelle on peut naviguer grâce aux icones qui prennent place sous la liste des contacts.

 

Un clavier numérique tactile permet de composer les numéros ou les messages textes. Un module d’écriture prédictive permet d’accélérer la frappe. Steve Jobs assure que la composition d’un message est bien plus aisée à l’aide de son appareil qu’avec les petits claviers des smartphones qui ont sont équipés.

 

Sous cette version de Safari, les pages s’adaptent d’abord à la taille de l’écran, puis des fonctionnalités de zoom qui permettent de se déplacer en leur sein sont accessibles, toujours de façon tactile. Les numéros de téléphone sont reconnus et transformés de façon à pouvoir être appelés directement.

 

Apple vise 1 % du marché mondial de la téléphonie en 2008

 

Véritable tablette multimédia, l’iPhone embarque une version dérivée de Mac OS X dépourvue de Carbon (qui assure la compatibilité avec les applications d’ancienne génération). « Cela va permettre aux développeurs de porter facilement vers l’iPhone leurs applications et d’en créer rapidement de nouvelles, comme Skype pour de la voix sur IP », souligne Nathan Brookwood, analyste chez Insight64.

 

En standard, Apple livre une suite complète de logiciels avec son appareil, dont Mail et Safari (Web), des widgets (météo et bourse) et des outils de productivité (notes, calendrier, contacts, horloge et calculatrice). Avec iPhone vient aussi un système de « push » e-mail, similaire à celui de RIM (fabricant du Blackberry), mais développé spécialement par Yahoo!. Présent lors de la présentation, Eric Schmidt, le patron de Google, a confirmé que le logiciel de cartographie Google Maps, livré avec l’iPhone, est la première des nombreuses applications disponibles sur le téléphone d’Apple.

 

A l’instar de l’iPod, le logiciel iTunes est utilisé pour synchroniser ses contacts, son agenda, ses marque-pages, sa musique, ses films et ses photos entre l’iPhone et son PC ou son Mac.

 

Compte tenu du prix assez élevé et de la disponibilité tardive de l’appareil, les objectifs d’Apple sont modestes : 1 % du marché mondial en 2008, soit 10 millions d’unités. D’après Steve Jobs, il se serait vendu plus de 1 milliard de téléphones mobiles en 2006, contre 209 millions de PC, 135 millions de baladeurs MP3 et 26 millions de consoles de jeux. La téléphonie mobile représente donc un relais de croissance intéressant pour le constructeur.

 

Pour l’anecdote, Apple a choisi d’utiliser la marque iPhone pour son téléphone, bien qu’elle appartienne à Cisco depuis six ans, à la suite de l’acquisition du constructeur InfoGear. « On utilise la marque iPhone uniquement pour notre téléphone. Cela ne devrait donc pas poser de problèmes », confie, sur le salon, Phil Schiller, le vice-président marketing d’Apple. Les deux constructeurs semblent avoir trouvé un terrain d’entente pour une appellation qui, à l’instar d’iPod, est peut-être amenée à devenir courante.

 

 Images iPhone Apple Haute définition:

 

6484

  

 

6611

 

6612

 

6609

6610 

6645 

6556 

6644

 

6605 

6607 

6606 

 6602

 

 

 

 

 

Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire

  • juin 2017
    L Ma Me J V S D
    « jan    
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    2627282930  
  • Liens

Nehemiah The Story |
Le Bruit des Allées |
Arthur et les Minimoys |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | info pré berthet
| Tout sur les pub
| TOUTE L'ACTUALITE NATIONALE...